Observatoire des prix de l’immobilier dans les Hautes-Alpes – Analyse des notaires

Google+ LinkedIn +

Les notaires présentent le bilan immobilier et les tendances dans les Hautes-Alpes.

Des volumes de ventes en nette progression dans le bâti ancien. 

Sur un an, à fin mars 2021, le nombre de transaction est en hausse dans les  Hautes-Alpes. Le prix des appartements reste stable, celui des maisons progresse et celui du foncier recule légèrement

Télécharger ici l’Observatoire immobilier Hautes-Alpes-Juin 2021

Revue de presse

I – CONJONCTURE IMMOBILIÈRE

A la fin mars 2021, en France (hors Île-de France), les marchés immobiliers du bâti sont nettement orientés à la hausse : les indices connaissent une progression annuelle de +6,3% pour les appartements anciens et de +6,5% pour les maisons anciennes.

En Provence-Alpes-Côte d’Azur, le prix au m² médian des appartements anciens est en hausse de +2,6% à fin mars 2021, tandis que le prix de vente médian des maisons anciennes croît de +3,8%.

Dans les Hautes-Alpes, sur la même période, les prix médians du bâti ancien restent stables à 2 120 €/m² pour le collectif et grimpent à 231 100 € pour l’individuel. Le constat est similaire dans la préfecture avec une évolution des prix sur un an de -0,4% pour les appartements anciens et de +8,1% pour les maisons anciennes.

Les marchés du bâti ancien et du foncier enregistrent une hausse du nombre de ventes annuelles dans les Hautes-Alpes. Les volumes de ventes ont crû respectivement de +10%, +15,1% et +20% entre 2020 et 2021 pour les maisons anciennes, les terrains à bâtir et les appartements anciens. Les volumes de ventes de bâti ancien atteignent un record sur la décennie tandis que ceux du foncier retrouvent leur niveau observé en 2011.

Ces observations annuelles cachent néanmoins de fortes disparités par trimestre. Les volumes de ventes trimestriels des appartements anciens et des maisons anciennes accusent une chute au premier trimestre 2020 d’environ -12% en comparaison avec le premier trimestre 2019. Le nombre de ventes d’appartements anciens se redresse dès le deuxième trimestre 2020 (en hausse de +9% par rapport au deuxième trimestre 2019) tandis que la chute se poursuit sur le marché des maisons anciennes : -23%. Le quatrième trimestre 2020 atteint des records de volumes de ventes sur les deux marchés de l’immobilier ancien.

II – MARCHÉ DES APPARTEMENTS ANCIENS DANS LES HAUTES-ALPES

À fin mars 2021, le marché du collectif ancien affiche un prix au m² médian stable sur un an et
s’établit à 2 120 €.
Les ventes se répartissent à :
■ 34% dans le Briançonnais,
■ 33% dans le Gapençais-Champsaur,
■ 23% dans l’Embrunais-Guillestrois-Queyras,
■ 10% dans le Grand Buech.
Dans les deux secteurs les plus dynamiques, les prix au m² restent stables sur un an (+0,2% dans le Briançonnais et -0,2% dans le Gapençais-Champsaur). Néanmoins, par commune les évolutions sont plus hétérogènes, allant de -8% à Vallouise-Pelvoux à +19,4% à Le Monêtier-les-Bains.
Sur 10 ans, les prix ont évolué différemment selon les secteurs. Le prix au m² médian dans le Briançonnais a baissé de -12% entre 2011 et 2021. Le constat est similaire dans le Grand Buech (-10,9%)
et plus faiblement dans le Gapençais-Champsaur (-2,3%). Seul l’Embrunais-Guillestrois-Queyras affiche un prix en hausse sur 10 ans : +4,5%.

II – MARCHÉ DES MAISONS DANS L’ANCIEN DANS LES HAUTES-ALPES

Le prix de vente médian des maisons anciennes dans les Hautes-Alpes s’établit à 231 100 € à fin
mars 2021, en hausse de +5% sur un an. Il s’agit du record de prix de la décennie, dépassant le
précédent record de l’année passée. 47% des ventes départementales se situent dans le secteur du Gapençais-Champsaur. qui affiche un prix de vente médian de 235 600 €, en légère hausse sur un an. Dans le Grand Buech et le Briançonnais, les prix ont grimpé sur un an respectivement de +8,2% et +11,8%. À l’image du département, les prix de ventes médians atteignent des records dans le Grand Buech et dans le Gapençais-Champsaur.

La répartition des ventes par typologie de maison diffère selon le secteur. Les ventes de maisons anciennes de 3 pièces et moins sont majoritaires dans le Grand Buech (30% des ventes) tandis qu’elles représentent moins de 20% dans chacun des autres secteurs. Les maisons de 4 pièces représentent 34% dans l’Embrunais-Guillestrois-Queyras et 29% dans le Gapençais-Champsaur. Dans le Briançonnais, les maisons de 5 pièces et plus enregistrent plus de 62% des transactions.
Les prix dans les communes les plus dynamiques
s’échelonnent entre :
■ 145 000 € à Veynes,
■ 259 400 € à Chorges,
■ 275 800 € à Gap,
■ 322 500 € à Briançon

II – MARCHÉ DES TERRAINS A BATIR DANS LES HAUTES-ALPES

Le prix de vente médian des terrains à bâtir enregistre une légère baisse sur un
an de -2,1%. La répartition par tranche de superficie a également évolué en un an. Les parcelles ayant une superficie comprise entre 600 et 899 m² ont perdu 8 points de part de marché entre 2020 et 2021.

Les petits terrains de moins de 600 m² deviennent alors les plus vendus, enregistrant 34% des ventes. Mais ce déplacement des ventes a profité aux grandes parcelles : les terrains ayant une superficie comprise entre 1 500 et 5 000 m² représentent à fin mars 2021, 17% des ventes, contre 10% à fin mars 2020.

Partager.

A propos de l'auteur

Comments are closed.