Soldes, ne vous faites pas avoir !

Google+ LinkedIn +

Bientôt déjà, ce sera le début des soldes d’hiver. Du mercredi 10 janvier au mardi 20 février 2018, en magasins ou sur le web, vous aurez six semaines pour faire de bonnes affaires… ou pas ! Avant de vous lancer à corps perdu dans les rayons, mémorisez ces quelques règles pour éviter de tomber dans le panneau.

Les règles à respecter par les commerçants

Première règle à connaître, à la différence des périodes de « promotions », les produits vendus en soldes doivent avoir été mis en vente depuis au moins un mois comme le précise la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes). Les commerçants n’ont pas du tout le droit de se réapprovisionner en cours de soldes. Fort de cette règle, libre à vous d’effectuer vos repérages durant le mois qui précède la date de début des soldes pour espérer trouver le produit convoité le jour j.

La seconde règle qui mérite votre vigilance est celle du calcul des prix soldés. La règle veut que la réduction soit calculée par rapport à un prix de référence, qui ne doit pas excéder le prix le plus bas constaté au cours des 30 derniers jours précédant le démarrage des soldes. Ainsi, un commerçant est hors-la-loi lorsqu’il affiche un prix de départ « gonflé » pour renforcer l’illusion d’une forte réduction sur le prix soldé. Présentée en valeur (prix de départ / prix soldé) ou en pourcentage, la réduction doit apparaître de manière très claire et très lisible.

Le « ni repris, ni échangé » oui, sauf dans certains cas

La DGCCRF le rappelle souvent. En cas de vice caché ou de défaut de conformité, les produits achetés pendant les soldes bénéficient des mêmes garanties que les articles achetés en période hors-soldes. Dans le premier cas, le commerçant est dans l’obligation d’échanger votre article ou de vous rembourser. Dans le second cas, et jusqu’à deux ans après l’achat, le commerçant  doit réparer, remplacer ou rembourser le produit. Par contre si la couleur de votre top ne vous convient plus ou que vous vous êtes trompée dans la taille de votre jean, votre commerçant peut appliquer le « ni repris, ni échangé »… Selon la nature de votre relation, libre à lui de vous proposer ou non une solution ou un geste commercial. Après le 20 février, vos commerçants peuvent organiser de nouvelles animations commerciales et vous proposer de nouvelles remises mais en aucun cas utiliser le terme de « soldes ».

Les soldes flottants, ça existe encore ?

Vous en avez sans doute entendu parler sans forcément bien comprendre de quoi il s’agissait. Et bien, ne vous encombrez plus l’esprit, sachez que les « soldes flottants » n’existent plus. Pour l’information, il s’agissait d’une période de 2 semaines de soldes qui venait s’ajouter aux deux périodes officielles des soldes d’hiver et des soldes d’été et qui pouvait être utilisée par chaque commerçant en toute liberté, au moment où il le souhaitait. Apportant plus de confusion que de solution dans l’esprit des consommateurs, les soldes flottants ont été supprimés par un décret en date du 1er janvier 2015.

Partager.

A propos de l'auteur

Comments are closed.